achillea millefolium          "plante de la St Jean"

Parties utilisées : feuilles (fraîches si possible ou en poudre)

Récolte : cueillez l'achillée au fur et à mesure pour l'utiliser fraîche, ou quand elle est en fleur pour la faire sécher.

Historique : Au Moyen Age, cette plante était très estimée. C'était une des bases de la pharmacopée populaire. Les ouvriers des cathédrales et les soldats en firent leur plante fétiche en raison de ses pouvoirs cicatrisants.

Propriétés : hémostatiques, coagulantes, cicatrisantes, anti-inflammatoires, calmantes mais aussi toniques

Usages : Dioscoride, médecin des légions romaines, conseillait d'écraser les feuilles et de les appliquer sur les blessures afin de stopper les hémorragies et de guérir les plaies. Pour le traitement des blessures même infectées, l'abbesse allemande Hildegarde de Bingen recommandait de "[laver la] blessure avec du vin, [de faire] cuire de l'achillée millefeuille dans de l'eau, [de presser] un peu l'eau et [d'envelopper] la plante chaude, très doucement, sur le pansement de la blessure. Cela débarrassera la plaie de la pourriture et de la suppuration, et la blessure guérira. [Répéter] l'opération aussi longtemps que nécessaire. Mais si la blessure se referme et commence à cicatriser, [jeter] le pansement et [appliquer] l'achillée sur la blessure nue, qui guérira encore plus sûrement et plus rapidement." Elle indiquait aussi : "Mais celui qui a reçu une blessure à l'intérieur de son corps, qu'il ait été battu à coups de bâton ou ait été déchiré intérieurement, broiera de l'achillée et boira cette poudre dans de l'eau chaude ; quand il ira mieux, il prendra cette poudre dans du vin chaud, et cela jusqu'à guérison." L'achillée était utilisée pour guérir les ulcères comme l'indiquait Nicholas Culpeper. Ses propriétés tonique et amère en faisaient aussi un bon stimulant digestif.